X
Menu
X

La lettre du Président aux adhérents

Chers adhérents,

Dans le contexte des événements actuels, le conseil d’administration d’EAF a souhaité impulser et accompagner les démarches issues « du terrain » afin de mieux sensibiliser les élus aux problématiques de notre activité.

Aujourd’hui, avec votre implication, certains de vos parlementaires s’engagent pour soutenir notre profession. Un courrier co-signé par plusieurs députés doit être remis prochainement au gouvernement.

Notre ministre, François de Rugy, avait déclaré fin 2018, « qu’il n’y a pas d’opposition en écologie et économie ». Aujourd’hui, nous sommes là pour lui rappeler que notre profession est régulièrement l’objet d’attaques injustifiées de la part de son administration, notamment en ce qui concerne l’application dogmatique des politiques liées à la continuité écologique.

La posture de l’AFB (Agence Française pour la Biodiversité) n’est plus tenable. Notre production, « richesse de nos territoires », doit être « maintenue » et « renforcée ». Ce sont là les mots de notre président de la République le 27 novembre 2018 lors de l’annonce des objectifs de développement pour notre filière.

Dans le même temps, plusieurs responsables de la CRE (Commission de Régulation de l’Energie) ont pu visiter nos installations de production. Cela leur a permis de mieux comprendre notre métier, et nous l’espérons, suggérer des avis positifs à la DGEC (Direction Générale de l’Energie et du Climat) quant aux futurs de nos arrêtés tarifaires actuels.

Nous devons d’ailleurs nous rencontrer à nouveau sur le futur dispositif de déclaration de coûts et des recettes qui sera étendu au premier semestre de l’année 2019 à toutes les centrales d’une puissance supérieure à 100 KW.

A la suite des premières enquêtes réalisées sur la comptabilité nos centrales, la CRE va prochainement publier un rapport. Il servira de référence aux travaux qui vont s’ouvrir entre les professionnels et la DGEC sur la définition et la construction d’un nouveau tarif accessible aux installations de plus d’1 MW.

Parallèlement, au niveau européen, le processus de révision de la Directive Cadre sur l’Eau arrive dans sa phase active. Là aussi, nous saurons être actif pour ne pas laisser plus de marge à nos détracteurs.

Vous le savez, la défense de notre profession nécessite une organisation professionnelle qui puisse agir en toute indépendance et en toute liberté.

Je vous remercie par avance, pour le soutien que vous pouvez apporter à nos actions et aux élus de votre Fédération.

Claude BLANC-COQUAND
Président de la Fédération EAF

Share

Ferrara