X
Menu
X

Page 2

EDITO DU PRÉSIDENT – MARS AVRIL 2016

Chers adhérents, Chers amis,

On nous l’a confirmé, Il ne resterait plus que quelques jours avant la publication des textes réglementaires relatifs aux futurs contrats 2016 concernant notre filière. Si le décret (obligation
d’achat et complément de rémunération) est quasiment figé, le projet d’arrêté pourrait encore évoluer à la marge.

Le décret est pour l’instant en examen pour avis devant le Conseil d’Etat. Le projet d’arrêté tarifaire est en notification à la Commission européenne.

Par ailleurs, l’appel d’offres « petite hydroélectricité » serait lancé dès la publication du nouveau décret. Ces nouveaux mécanismes ont été le fruit de longues séances regroupant les parties
prenantes.

Je tiens ici à remercier celles et ceux qui ont bien voulu se faire les porte-paroles de la filière. Si les tarifs du neuf seraient à priori satisfaisants, les tarifs de la rénovation apparaissent décevants ; avec de surcroît, une absence de soutien pour les installations existantes au-delà d’1 MW.

Le Gouvernement a pourtant les moyens et doit répondre aux questions centrales de la transition
énergétique. Les prix de marché de l’électricité crèvent des planchers que nous n’aurions jamais imaginé ! Parallèlement le potentiel de hausse apparaît limité au cours des prochains mois.

Par ailleurs, j’ai pu faire part de nos revendications au Sénat et j’ai constaté que la volonté politique des élus se heurte trop souvent aux pouvoirs technocratiques de nos administrations. Car ce sont bien ces structures qui décident pour nous.

Il est donc temps d’inverser la vapeur.

Il est temps que les pouvoirs publics s’interrogent sur les conséquences de leurs décisions. En matière de politique environnementale, les sommes englouties sont parfois inefficaces. Que dire par exemple de l’analyse coût bénéfice des mises en conformité de nos ouvrages ?
Nous payons….

La campagne pour le moratoire sur la continuité écologique doit être le théâtre de nos propositions. Ce mouvement auquel participe votre Fédération commence à faire bouger les lignes : le pragmatisme doit l’emporter sur le dogmatisme écologiste.

Oui, mais, les problèmes locaux persistent. Que de temps gâché et combien de patience pour arracher une autorisation d’exploiter ! Les professionnels que nous sommes ont besoin de stabilité et de sécurité juridique. Point n’est besoin d’annonce politique mais des faits, des actes.

Je termine avec nos prochaines rencontres régionales.
De nouvelles dates vous seront annoncées dès la publication des nouveaux textes.
Bien cordialement,
Claude BLANC-COQUAND

EDITO DE DÉCEMBRE 2015

Cher adhérents,

Dans le sillage de la COP 21 qui vient de s’achever, notre Ministre de l’Ecologie vient de dévoiler les objectifs de la nouvelle programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Cette feuille de route fixe les capacités nouvelles qui doivent être installées par technologie dans les 7 prochaines années. Ainsi,  l’éolien terrestre et le solaire photovoltaïque devraient voir leurs puissances installées respectivement triplées et quadruplées d’ici 2023.

En revanche l’hydroélectricité affiche un objectif modeste de 3% de hausse, soit le développement de 750 MW supplémentaires sur cette période. Pour y parvenir, le gouvernement a prévu de lancer une série d’appel d’offres (AO) par type d’énergie. Vous découvrirez ainsi les différents lots du premier AO concernant notre filière.

Au même moment, la fin programmée des contrats H07 s’accompagne de la publication prochaine d’un nouvel arrêté tarifaire pour les installations neuves ou à rénover d’une puissance inférieure à 1 MW. Au-delà des tarifs annoncés qui restent encore à confirmer, votre Fédération milite, tant au niveau national qu’européen, pour une extension du bénéfice du complément de rémunération jusqu’à 4,5 MW.

Dans le domaine de l’environnement, la mobilisation sans précédent d’une douzaine d’organisations nationales, dont EAF, pour une demande de moratoire au titre de la continuité écologique, démontre à quel point il est nécessaire de rééquilibrer les échanges entre les propriétaires d’ouvrage et les services instructeurs.

Par ailleurs, votre Fédération vient d’introduire un recours devant le Conseil d’Etat visant à annuler l’arrêté « prescriptions techniques générales »dont nous avons déjà pu constater les effets néfastes d’une application dogmatique sur le terrain.

Parallèlement à cela, un groupe de travail européen regroupant les associations de producteurs d’hydroélectricité s’est constitué afin de préparer la prochaine révision de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE).

Enfin, nous souhaitions également vous informer du déménagement du siège de la Fédération à compter du 21 décembre au 251 Boulevard PEREIRE 75017 à Paris; le numéro de téléphone ne changeant pas. Des difficultés peuvent se produire pour nous joindre les  17 et 18 décembre. Veuillez nous en excuser par avance.

En cette fin d’année qui approche et au nom de notre Conseil d’Administration et de toute l’équipe d’EAF, nous vous souhaitons de joyeuses fêtes, à vous et à vos proches.

Bien cordialement,

L’équipe EAF

 

EDITO OCTOBRE NOVEMBRE 2015

EDITO

Nous sommes fiers de notre profession, montrons-le.

On nous qualifie très souvent de nantis. Oui, nous le sommes, puisque nous avons la chance de travailler pour une Terre plus propre, que nous laisserons en héritage aux générations futures.

Chaque démarche administrative, si l’on est seul, est une difficile et usante épreuve de longue durée, mais, face à des organismes comme l’Onema, ERDF…, face à des associations « pseudo-écologistes », nous devons montrer que nous existons.

Pour cela, il faut nous imposer en tant que force. Nous sommes des citoyens, nous avons élu nos représentants. Contactons-les, expliquons- leur notre profession, impliquons-les.

Faisons connaître nos centrales aux jeunes générations, utilisons leur engouement pour les ENR. Ils sont les futurs détenteurs du pouvoir de vote.

Utilisons tous les moyens d’information que nous connaissons, tout en contrôlant leurs paroles. Ne restons pas discrets.

L’occasion idéale nous est offerte : le moratoire sur la continuité écologique. ENSEMBLE, plusieurs partenaires affirment leur volonté d’alerter et de demander une application intelligente et non pas dogmatique de la continuité écologique.

Nous sommes les petites fourmis des énergies renouvelables. Comme elles, agissons et construisons les fourmilières visibles de l’environnement. Faisons-nous connaître et respecter.

Très cordialement,

Geneviève COUTIER

Déléguée régionale de la Fédération EAF

EDITO DU PRESIDENT SEPTEMBRE 2015

BLANC COQUAN juin 2015

Chers Adhérents, Chers Confrères,

L’actualité confirme malheureusement les incohérences et incompétences de nos politiques en matière d’énergie.

Les négociations en cours sur la tarification de l’hydro mettent en évidence la volonté de la France de freiner le développement de notre filière en instaurant une mécanique tarifaire compliquée alors que la simplicité ne nuirait en rien a la visibilité de la production hydroélectrique.

Comment ne pas faire référence à la loi du 16 octobre 1919 lorsque nous discutons du seuil de 1 MW à lâcher en pâture au marché libre?

A quelle sauce serons mangées les installations à rénover?

Une période de transition de 4 années pour les projets déposés avant la mise en place de ces nouvelles dispositions sera-t-elle suffisante pour les mener à bien face aux « en verdeurs » de tous poils?

Quels seront les nouveaux tarifs d’achats appliqués à notre filière?

Comme nous, beaucoup d’utilisateurs de la ressource en eau découvrent avec effarement les exigences et dérives de la sacro sainte continuité écologique mettant en péril l’ensemble des activités liées à l’usage de l’eau.

Face à cette menace un rapprochement s’est opéré entre certains utilisateurs pour concrétiser un moratoire sur la continuité écologique. Nous avons décidé d’apporter notre contribution et notre adhésion à ce comité.

Les prochaines réunions régionales seront l’occasion de débattre des stratégies à adopter dans les prochains mois afin de mieux porter vos revendications devant nos interlocuteurs.

Je compte sur vous pour animer les débats par vos réflexions et propositions qui seront les fils conducteurs des actions que devra mener avec combativité et efficacité votre Fédération.

Très cordialement,

Claude BLANC-COQUAND

Président de la Fédération EAF